interview FR3

Ce matin le bunker L479 accueillait une équipe de France 3 télévision dans le cadre d’un reportage effectué à l’occasion de la sortie du livre « le mur de l’atlantique en Bretagne ». Les auteurs ont sélectionné une centaine de bunkers sur les 3000 référencés en Bretagne.

La commune de St Pabu est mise en avant dans l’introduction du journal télévisé. L’idée était de faire un reportage sur la réutilisation et la nouvelle vie des bunkers allemands. A ne pas manquer : page 51 et 52  les deux bunkers rénovés du camps de Saint Pabu.

Pour voir le reportage en REPLAY jusqu’au 02/08/2020 suivez ce lien 🙂
(à partir de la 17éme minute)
Les caméramans et photographes ont été particulièrement impressionnés par le bunker L479 et l’ existence de la station radar de Saint Pabu.

REQUISITION DES HOTELS

ALAIN FLOCHAlain Floch, est professeur d’allemand en retraite, il effectue des recherches à partir de nombreuses sources qui lui ont  permis d’écrire des ouvrages sur L’occupation allemande.
Au cours de ses recherches aux archives départementales, il a découvert des documents sur Saint Pabu et a proposé de les partager.

 

Il s’agit d’une série sur les réquisitions des maisons et hôtel de Saint PABU. on y apprend que « l’hôtel de la mer » a été réquisitionné le 16/11/1942 pour servir de cantine aux soldats. Il sera détruit le  24 février 1944 ( 6 mois avant la libération de St PABU) pour faire place à la construction d’un bunker d’observation dont le modèle n’a pas été identifié.  L’hôtel « les pins* «  quand à lui a eu plus de chance: il était occupé, mais il fournissait des justificatifs afin de se faire régler les divers « frais d’occupations » que la troupe allemande occasionnait. Ces « notes de frais » étaient validées par la mairie de Saint PABU puis elles étaient réglées par la commandantur.

*Cet hôtel se trouvait au coeur de la position fortifiée RE2.

Au total c’est 4 documents sur ce sujet qui sont disponibles sous conditions comme décrit dans notre rubrique « ressources ».

 

 

 

 

Minage de KERVIGORN

Minage de la pointe de Kervigorn
Minage de la pointe de KERVIGORN

Bonjour
Notre ami André Halbeher, nous fournis une analyse complète sur le minage de la pointe de KERVIGORN dont le nom de code était « Heckenrose » traduction : Rose sauvage.
Elle vous permet de bien comprendre le mode opératoire du champ de mines, de connaître le modèle de mines utilisés.
Cette analyse est utile pour se rendre compte de la précision du travail de minage. Vous pouvez télécharger le document dans son intégralité  en suivant le lien. Aussi disponible en téléchargement dans la page « RESSOURCES »de ce site : Heckenrose

Courrier des lecteurs

Monsieur Philipe B. de Ploudalmézeau fait l’observation suivante :

Bonjour,
J’ai lu avec grand intérêt votre livre.  Amateur de fortifications et résidant à Ploudalmézeau, j’ai parcouru à maintes reprises les rues de Saint-Pabu. Je connais donc l’emplacement des principaux ouvrages bétonnés. Ceux que je ne connaissais pas, je les ai découvert dans votre livre. Votre étude est très bien détaillée et illustrée. Son approche pédagogique la rend très accessible à tous et

Soute sur Re2

agréable à lire. Je me permets une observation concernant le R134 :
«Je ne pense pas que l’on puisse nommer cette soute à munition comme un R134.
Ceci pour 2 raisons : Il y a qu’un seul compartiment et une issue de secours. Nota : Un R134 est visible près du rocher du crapaud à Tréompan ».

 

 

Voici la réponse que je peux vous apporter :

134_
Plan reglebau soute à munitions type 134

Pour faire face au manque de place, la soute à munitions a été réduite de moitié. Les allemands à l’étroit sur ce point d’appui (Re2) ont modifié le plan de l’ouvrage regelbau. Ces modifications sont dues à la configuration particulière du terrain ( cinq ouvrages se concentrent dans un terrain en pente d’environ 1200 mètres carrés). C’est après avoir étudié et mesuré les ouvertures, les portes et les aérations, puis en les comparant aux plans allemand que nous sommes arrivés à cette conclusion. (Il m’a fallu plusieurs visites et de longs débats avec les bunker-archéologue pour en arriver là !). Sur ce point d’appui des escaliers monumentaux sont la caractéristique des constructions du secteur.

Je reste bien sur ouvert à toutes vos observations.
A très bientôt

Les points topographiques

Livret de points remarquables_bunkers st pabuLe recueil de points topographiques établi par des géomètres de l’armée Allemande. Des points « remarquables » tel que les églises, chapelles, cheminées, transformateurs, monuments, collines, phares, moulins, tombes, sémaphores, rochers … Installés le long des côtes ainsi qu’à l’intérieur des terres c’est au total 96 points remarquables quadrillant de cette partie du territoire qui y sont répertoriés.

Ce petit livret contient les coordonnées LAMBERT et une fiche descriptive dessinée de chaque point. Il est daté du 7 mai 1941. A Saint-Pabu il en existait un, route de KUZULVAD.

Il est fourni avec sa traduction et une analyse effectuée par André Halbeher. Ce document est disponible en échange d’information. Écrivez moi à : bunkers-saint-pabu@orange.fr (Source :KH via JFL )

La pointe de Kervigorn

Une belle découverte dans les archives : La carte allemande du point d’appui codé Re2, pointe de Kervigorn. Datée du 12 juin 1944, 6 jours après le débarquement, elle fait partie d’un dossier de minage nommé ELORN II/192 qui inclus le secteur de Saint- Pabu.

Très détaillée elle vue pointe de kervigornindique les champs de mines autour de la pointe et le minage de la plage de Béniguet.  Nous y découvrons l’incroyable densité de barbelés et clôtures piégés installés par l’occupant. Les angles du bâtiment de « l’hôtel les Pins » servent de point de mesure pour positionner les espaces minés. Le mur nord de la maison « les Courlis » d’une hauteur d’1,70m délimite le nord de la position et cache un important champ de mine.ELORN II 192 Une clôture piégée, allant du nord au sud jusqu’à la route longeant la ravine de Béniguet définie les limites de la position. L’entrée se faisait par la route au niveau de la maison « la folie ». Au cours de nos recherches nous avons découvert que les allemands se servaient du cadastre français pour travailler les cartes.

Remerciements à Hervé Farrant.

L’Hôtel de la Mer

L’Hôtel de la Mer

HOTEL DE LA MER SAINT PABUDans le cadre de notre politique d’échange d’informations, un lecteur nous a transmis, un précieux témoignage et des photographies concernant cette maison de famille. ( Archives Gilbert Calvarin ).

Situé au 56 rue de Kervigorn, autrefois appelée « Hôtel de la mer » la partie de cette maison comprenant un étage a été rasée par les Allemands durant l’occupation. Dans un premier temps nous avons avaHOTEL DE LA MER SAINT PABU_bd_1944ncé l’hypothèse que cette maison située à l’extrême nord des limites du camp se trouvait dans l’axe du radar et d’un tobrouk d’observation tous deux situés rue du Stade. Ceci pourrait expliquer sa destruction. Cependant d’autres raisons sont possibles, comme la proximité d’un poste d’observation construit à quelques mètres de l’hôtel…. A suivre.