Un objet du Camp de Saint PABU

FELDPOST L43432
FELDPOST L43432

Olivier DACOSTA, est passionné de bunker et d’histoire militaire. Il aime à remettre les objets dans leur contexte et les faire parler : « Cela est passionnant ». Collectionneur de matériel militaire, il avoue un faible pour le papier “allemand” tel que livrets militaires ou les colis Feldpost (Service postal allemand militaire).

Il nous fait partager sa découverte en relation avec le camp de Saint PABU. Il s’agit d’un colis postal adressé à un soldat qui s’avère faire partie de la« 10. Kompanie Luftnachrichten-Regiment 54 », régiment présent à saint PABU en 1943, identifiée par le Feldpost L 42432A.

Ce petit colis a été envoyé au funk-gefreiter Elias Senft en juillet 1943. Elias Senft était un opérateur des transmissions affecté au site de Saint PABU, position Re500 codifiée “Pinguin”. Ce colis semble avoir servi 2 fois car les adresses sont réécrites au dos, peut-être pour le retour ?

Voici donc au travers de ce modeste témoignage le premier objet daté ainsi que le nom d’un soldat appartenant à camp de Saint PABU.
Merci à Oliver et a ceux, qui comme lui, partagent leurs découvertes.

REQUISITION DES HOTELS

ALAIN FLOCHAlain Floch, est professeur d’allemand en retraite, il effectue des recherches à partir de nombreuses sources qui lui ont  permis d’écrire des ouvrages sur L’occupation allemande.
Au cours de ses recherches aux archives départementales, il a découvert des documents sur Saint Pabu et a proposé de les partager.

 

Il s’agit d’une série sur les réquisitions des maisons et hôtel de Saint PABU. on y apprend que « l’hôtel de la mer » a été réquisitionné le 16/11/1942 pour servir de cantine aux soldats. Il sera détruit le  24 février 1944 ( 6 mois avant la libération de St PABU) pour faire place à la construction d’un bunker d’observation dont le modèle n’a pas été identifié.  L’hôtel « les pins* «  quand à lui a eu plus de chance: il était occupé, mais il fournissait des justificatifs afin de se faire régler les divers « frais d’occupations » que la troupe allemande occasionnait. Ces « notes de frais » étaient validées par la mairie de Saint PABU puis elles étaient réglées par la commandantur.

*Cet hôtel se trouvait au coeur de la position fortifiée RE2.

Au total c’est 4 documents sur ce sujet qui sont disponibles sous conditions comme décrit dans notre rubrique « ressources ».

 

 

 

 

Minage de KERVIGORN

Minage de la pointe de Kervigorn
Minage de la pointe de KERVIGORN

Bonjour
Notre ami André Halbeher, nous fournis une analyse complète sur le minage de la pointe de KERVIGORN dont le nom de code était « Heckenrose » traduction : Rose sauvage.
Elle vous permet de bien comprendre le mode opératoire du champ de mines, de connaître le modèle de mines utilisés.
Cette analyse est utile pour se rendre compte de la précision du travail de minage. Vous pouvez télécharger le document dans son intégralité  en suivant le lien. Aussi disponible en téléchargement dans la page « RESSOURCES »de ce site : Heckenrose

OPÉRATION « RHUBARB »

DOL 4Matial Dol vit dans le Pays des Abers et a étudié les fortifications du mur de l’Atlantique. Il a fondé une association sur le sujet et a travaillé avec Alain Chazette, auteur de nombreux ouvrages. Dans le cadre de notre échange d’information, il nous fournit des documents exceptionnels, fruit d’un long travail de recherche.  Fin 41 et début 42 des missions aériennes anglaises  photographient les radars de saint PABU.

DOL 3

Ce dossier comprend 5 photographies ainsi que le rapport complet de la mission accompagné de plans et graphiques. Yves Blanchard analyse et traduit le dossier et croise les informations déjà en notre possession, notamment les calques de la collection G. Saouzet.

 

DOL 2

Nous y découvrons aussi un lien avec les opérations du Scientific Intelligence Service de Jones (Most secret war, p.197 / les bunkers de saint PABU, p.24 ).

 

L’ensemble des éléments est disponible sur le site, en échange d’informations.

La pointe de Kervigorn

Une belle découverte dans les archives : La carte allemande du point d’appui codé Re2, pointe de Kervigorn. Datée du 12 juin 1944, 6 jours après le débarquement, elle fait partie d’un dossier de minage nommé ELORN II/192 qui inclus le secteur de Saint- Pabu.

Très détaillée elle vue pointe de kervigornindique les champs de mines autour de la pointe et le minage de la plage de Béniguet.  Nous y découvrons l’incroyable densité de barbelés et clôtures piégés installés par l’occupant. Les angles du bâtiment de « l’hôtel les Pins » servent de point de mesure pour positionner les espaces minés. Le mur nord de la maison « les Courlis » d’une hauteur d’1,70m délimite le nord de la position et cache un important champ de mine.ELORN II 192 Une clôture piégée, allant du nord au sud jusqu’à la route longeant la ravine de Béniguet définie les limites de la position. L’entrée se faisait par la route au niveau de la maison « la folie ». Au cours de nos recherches nous avons découvert que les allemands se servaient du cadastre français pour travailler les cartes.

Remerciements à Hervé Farrant.

Correction historique

ZOMM BDC’est dans un des classeurs de Marie ange le Gleau(voir l’article sur les archives de Marie Ange) que nous avons trouvé un document édité à l’occasion du 55éme anniversaire de la libération de Saint-Pabu. Cet article indique que « 3 radars de type Cotal autotractés » étaient installés dans le camp.

Vérifications faites, ce type de radar était de fabrication française. Dans un premier temps nous avons pensé que les allemands avaient récupéré ce radar comme prise de guerre… Mais ce type de modèle a été fabriqué partir des années 1950. Voici ce que nous raconte Yves Blanchard  après avoir lu le document: « Les radars Cotal autotractés sont des radars français (Thomson) d’après la guerre, sortis dans les années 50. On peut penser que l’auteur de cet article le confond avec des Würzburg, petit modèle, effectivement mobiles, et utilisés (comme plus tard les Cotal) pour le pointage de la Flak ». duo_radar_

 

 

L’inventaire des bunkers de 1947

visite_archives_3Troisième journée de recherche aux archives de Quimper en compagnie d’Hervé Farrant et Armel Colin. Nos recherches se sont concentrées autour de la correspondance entre la préfecture du Finistère  et les mairies de Saint Pabu et Ploudalmézeau perdant la période d’occupation, ainsi que divers dossiers traitant du mur de l’atlantique. Une découverte de qualité dans une boite mise à notre disposition : L’inventaire des constructions allemandes daté de 1947 établis par le maire de l’époque (J. Bégoc) Composé de deux pages manuscrites, cet inventaire comptabilise 84 constructions de tous types allant des baraquements de plus de 50 mètres aux abris de 2m.

TITRE INVENTAIRE_

Une observation : dans un courrier du 17 mars 2009, la préfecture du Finistère demande à nouveau l’inventaire des cavités souterraines à la commune de Saint-Pabu. Le projet est de le mettre en ligne dans une base de données… 50 ans après le premier, l’inventaire a été refait, il est consultable à la mairie de Saint Pabu, mais la base de données n’a jamais vue le jour. (Archives mairie de St PABU)

INVENTAIRE 2009

Les archives de Marie ange

Dans mes recherches aucune piste n’a été écartée. C’est ainsi que régulièrement je me suis rendu au bar L’abordage, tenu par Madame Le Gléau Marie Ange dont le mari fut un temps le maire de MARIE ANGE_BUNKER SAINT PABU_WW2_ARCHIVESSaint-Pabu.
Elle a pour habitude de conserver tous type de documents concernant la commune. C’est ainsi qu’elle m’ a fourni une quantité incroyable de gros classeurs que j’ai étudié. Une source d’information de qualité qui m’a donné l’occasion de découvrir de nombreuses informations sur le fonctionnement de la commune. J’y ai trouvé divers articles concernant les champs de mines que l’on retrouvait en nombre dans les environs. Les informations recueillies seront mises à disposition une fois traitées.

Visite aux archives départementales.

Archives départementales de Quimper :
ARCHIVES QUIMPER_BUNKER_SAINT PABU_WW2Nous avons pu étudier les rapports de gendarmerie et la correspondance entre les administrations locales. Un retour dans le passé qui nous donne un aperçu de ce qu’était la vie sous l’occupant.  Ces rapports sont une photographie de l’époque, ils nous ont permis de découvrir de nombreux indices qui viendront compléter nos connaissances. Par exemple: Saviez-vous que chaque commune faisait l’objet d’une notre des renseignements français (ministère de l’intérieur) dans laquelle était décrit la loyauté du maire et des habitants envers le régime de Vichy ? GENDARMERIE_BUNKER_SAINT PABU_WW2
Un incident tel que « sauter sur une mine » faisait l’objet d’une enquête et d’un rapport de plusieurs pages avec témoignages et regroupements des preuves auprès de la gendarmerie locale.
Une prochaine visite est programmée courant avril.

L’édification de postes de détection, directive du 20/07/1943

La directive du 20/07/1943 pour l’édification de postes de détection standard pour la chasse  diurne et nocturne.

Directves 20/07/1943Il s’agit d’un dossier de 46 pages qui donne les directives d’implantation pour une station radar.
Indispensable pour bien comprendre le camp de Saint-PABU. Ce dossier peut être comparé à une sorte de catalogue détaillant tous les éléments à mettre en œuvre pour édifier un camp.  5 modèles de camps standards y sont proposés, tous sont accompagnés des modèles de bunker pouvant y être associés. Une copie de l’original et de sa TRADUCTION sont disponibles en échange d’informations.  Chaque emplacement de bunker était soigneusement choisi par l’officier responsable de la planification des travaux. Selon la Traductionconfiguration du terrain, l’officier ouvre le dossier ‘DIRECTIVES POUR L’ÉDIFICATION’ et choisi un modèle de camp idéalement adapté au terrain. P32 on y trouve la configuration du camp de Saint-PABU.

Les sujets suivants sont détaillées dans ce dossier :
La mise en place des appareils de mesure radio
Les aménagements de postes de détection principaux entièrement fortifiés. Les aménagements de postes de détection principaux sur lignes arrières. Les Indications pour l’aménagement des lignes arrières. Les consignes pour le câblage, les approvisionnements électrique de secours. La construction de la voirie, le camouflage, les alarmes antiaériennes
les munitions et armements, le minage. Les directives de défense et directives pour la fortification. La planification tactique et technique, la mise en œuvre des bâtiments. Dénominations et terminologie, liste personnel pour un poste d’observation. Liste du personnel pour un poste sur les lignes arrières…
Disponible en échange d’information.
Écrivez moi à : bunkers-saint-pabu@orange.fr